Le Kruger

Directement après notre arrivée à Joburg, nous prenons la voiture direction notre prochaine étape. Point incontournable d’une visite en Afrique du Sud, le Kruger se dressait comme une évidence sur la liste de nos étapes, surtout pour l’amoureuse folle de faune sauvage que je suis. On m’avait avertie : pas si terrible comparablement à d’autres parcs, très touristique… Malgré tout il fallait que nous y allions, avec le même objectif que beaucoup d’autres visiteurs : apercevoir les Big 5. Eh bien le parc a tenu toutes ses promesses, et au delà. Il a su nous émerveiller et nous surprendre, nous émouvoir et nous faire sentir particulièrement privilégiés.

Dans un monde où certains de ces majestueux animaux sont inhumainement chassés, voire décimés, le Kruger apparaît comme un havre de paix pour le règne animal. Le braconnage y a malgré tout encore cours mais ici on sent la liberté. Les animaux sont partout et pourtant on ne se lasse jamais. Nous y allons juste avant les vacances d’été (en décembre) ce qui nous donne l’avantage d’un parc encore très raisonnablement fréquenté. C’est en plus une période où les petits sont légion, voir autant de bébés était presque inespéré.

On opte pour le camping qui est une solution très abordable. Dès que l’on monte en gamme ça commence à faire un peu cher. Il faut toutefois veiller à réserver un minimum à l’avance son emplacement car c’est facilement complet.

On arrive à la Paul Kruger Gate, entrée principale du parc, un peu plus d’une heure avant la fermeture. C’est également l’heure de fermeture des camps, et on avait encore un peu de chemin avant d’arriver à celui de Lower Sabie. Une heure de route et déjà quatre des cinq Big 5, dont le très discret léopard ! Les Big 5 étaient les cinq animaux les plus recherchés par les chasseurs en tant que trophées : l’éléphant, le rhinocéros, le buffle, le lion et le léopard. Aujourd’hui ce sont eux que tout le monde espère apercevoir.

Lower Sabie, situé au bord de la Sabie River, est réputé pour sa population de félins. Le restaurant ouvert sur la rivière nous permet d’écouter les cris d’hippopotames  que la nuit ne nous permet pas de voir. Le lendemain, direction le camp de Satara, considéré comme un des meilleurs spots pour voir des lions, jusque là discrets. Bingo ! Nous en voyons effectivement une petite troupe  dormir à l’ombre d’un arbre.

Nous choisissons de faire deux safaris organisés à partir de ce camp – une activité vraiment accessible niveau prix. Un au coucher du soleil et le second au lever . S’il est tout à fait possible de se déplacer avec sa propre voiture dans le Kruger, l’expérience d’un guide et sa possibilité d’emprunter des chemins réservés vaut définitivement le coup. On aura la chance d’apercevoir un léopard le soir, puis d’approcher une famille de lions de très près une fois la nuit tombée. Parmi les bébés, un très rare lionceau blanc que l’on distingue un peu plus que ses frères et sœurs entre les herbes hautes.

Au matin, à peine sortis du parc nous tombons sur une autre famille de lions allongée sur la route. Quelques minutes après ce sont deux guépards que nous rencontrons, puis une petite troupe de hyènes, des animaux d’ordinaire pas si faciles à observer. Nous partons vers le camp Balule enchantés, des étoiles plein les yeux.

En remontant vers le nord la faune est plus dispersée. On voit moins d’animaux mais les paysages sont différents. On arrive au camp Balule, non loin de la rivière Olifants, qui n’est pas fourni en électricité. Encore une bonne occasion de faire un braai ! Notre tente se trouve tout près de la clôture, et j’ai entendu dire que les éléphants venaient de temps en temps saluer les campeurs juste de l’autre coté de la grille. Du coup c’est avec beaucoup d’espoir que je me suis réveillée. Pas d’éléphants finalement, mais la nuit ne m’a pas déçue. Qui dit pas d’électricité dit pas de lumière, dit ciel étoilé magnifique. Pour parfaire le spectacle, le tout était rythmée par les rugissements opposés de deux lions au lion : l’un à gauche, l’autre à droite, rugissant tour à tour. Moment magique !

On quitte le parc heureux pour aller vers le Mpumalanga et les routes scéniques du Blyde River Canyon.

Et puisqu’une image vaut plus que mille mots..:

DSC_0116-4

DSC_0227-4

DSC_0060-3

DSC03091

DSC_0138

DSC_0169

DSC_0264

DSC_0230

DSC_0234

DSC_0247

DSC_0252

DSC_0896

DSC_0905

DSC_0910

DSC_0006

DSC03048

DSC03068

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Patricia Chauvet dit :

    Petits souvenirs en ce qui me concerne …..Ton voyage laisse reveur et donne vraiment envie de s’évader vers ces contrées idylliques.Photos magnifiques,commentaires intéressants et amusants Bravo!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s