Le Drakensberg et Joburg

Attention : gros gros coup de foudre ! La région du Drakensberg (littéralement Montagnes du Dragon en afrikaans) est absolument SUBLIME et l’une de mes étapes préférées en Afrique du Sud.  C’est à peine si l’on s’y croirait d’ailleurs, tant ses champs de verdure rappellent la Suisse et ses montagnes par endroit le Grand Canyon. C’est immense, majestueux, à couper le souffle. Le Drakensberg nous fait nous sentir tout petits. Une région idéale pour enfiler ses chaussures de marche vu le nombre impressionnant de possibilités de randonnées qu’elle propose. 

Ici aussi c’est la saison des pluies, le temps est donc très changeant, orageux même et quand la pluie tombe elle ne le fait pas à moitié. Mais il peut aussi faire très beau et là on ne boude franchement pas son plaisir. Les paysages sont sûrement plus jolis en cette période de l’année puisque bien arrosée l’herbe est partout d’un vert quasiment surréaliste.

On arrive par le sud et donc dans la région la plus basse du Drakensberg, le Lower Drakensberg, juste à côté de la ville d’Underberg (beaucoup de berg). On est enchanté au premier coup d’œil : les routes se faufilent entre champs et petites rivières, le tout surmonté par une chaîne de moyenne montagne. Je pense qu’on aurait pu rouler pendant des heures mais il nous fallait arriver à l’auberge à un moment ou à un autre. L’auberge est un ranch avec plein de chevaux. Une fois sur place on décide donc d’enchaîner directement avec une petite promenade équestre avant que l’orage n’éclate mais voilà, cinq minutes après être partis une pluie torrentielle nous tombe dessus. On écourte la balade, et c’est bien dommage parce que c’était chouette !

DSC_0935 (2)

On avait réservé notre excursion pour le Sani Pass, ce col tout au sommet des montagnes (2874m) qui permet d’accéder à un tout petit pays entièrement enclavé dans l’Afrique du Sud : le Lesotho. Un temps exceptionnel, un guide adorable et une journée au top ! On grimpe en 4×4 à flanc de montagne, on voit des petites cascades de tous les côtés, on en traverse même certaines, la vue se fait de plus en plus impressionnante à mesure que l’on monte et sur la fin la route se transforme en lacets hyper serrés. Au sommet c’est le Lesotho, le paysage est radicalement différent. Il fait beaucoup plus frais, les habitants sont enroulés dans d’épaisses couvertures. La végétation est plus rare, c’est presque lunaire mais on trouve tout de même quelques herbes, quelques moutons ça et là…

On arrive à un petit village où on goûte le pain et la bière locale, on peut acheter quelques objets artisanaux comme le chapeau traditionnel du pays, des poupées… Et après un court spectacle improvisé de musiciens qui ont littéralement fabriqué leurs instruments à partir de bidons et de bouts de ficelle, on repart vers le Sani Pass pour se restaurer au pub le plus haut d’Afrique.

DSC_0033

DSC_0047

DSC_0079

DSC_0090

DSC_0138

DSC_0152-5

On part passer une petite nuit en tente du côté de Champagne’s Castle Valley et de Giant’s Castle, deux sommets du Drakensberg, pour mieux les découvrir dès le lendemain. Super balade à Giant’s Castle, mais malheureusement les nuages bas ne nous permettent pas de profiter pleinement de la Champagne’s Castle Valley. C’est quand même très joli : on croise quelques babouins et s’arrête admirer une cascade.

Giant's Castle Valley
Giant’s Castle Valley
Giant's Castle Valley
Giant’s Castle Valley
Giant's Castle Valley
Giant’s Castle Valley
Champagne's Castle Valley
Champagne’s Castle Valley
Champagne's Castle Valley
Champagne’s Castle Valley

Dernière étape au Drakensberg : le nord et l’Amphithéâtre au Royal Natal National Park. Aaah… J’attendais beaucoup de l’Amphithéâtre. Impossible de ne pas le voir de mes propres yeux. Et quel spectacle ! Émerveillement absolu pour ce gros bloc de granit qui sort tout droit du sol et se présente face à nous en ‘demi-cercle’ (d’où son nom). La ballade qui connaît le plus de succès se fait en 5h aller-retour et nous rapproche très près du pied de la montagne. Elle nous donne pour toute récompense la possibilité de voir les Tugela Falls, alias les plus hautes chutes d’eau d’Afrique et deuxièmes du monde. Pas très impressionnantes comme ça mais le décor est tellement sublime qu’on n’a franchement plus envie de repartir.

Le sentier offre des vues magnifiques, passe à flanc de montagne, dans de petites forêts, au pied de cascades, traverse ruisseaux et rivière (on se mouille les pieds), grimpe le long de gros rochers grâce à des échelles… Si je devais ne choisir qu’une rando dans le Drakensberg ce serait sans hésitation celle-ci, et j’ai pourtant adoré les autres. J’ai presque envie de dire que si je ne devais choisir qu’un endroit en Afrique du Sud ce serait celui-ci mais là le choix devient quand même très difficile.

DSC_0418-12

DSC_0395-1

DSC_0392

DSC_0314-9

DSC_0331-10

DSC_0356

DSC_0310-7

Avec un peu plus de temps j’aurais bien tenté l’ascension pour profiter de la vue de tout là-haut. Malheureusement il faut bien rentrer un jour, et nous voilà donc repartis vers Johannesburg.

Ce n’est pas une ville très sûre, il faut carrément éviter le centre-ville. Ce n’est pas non plus très joli même si certains quartiers sont malgré tout sympas. Notre halte étant de courte durée on se dirige vers l’un des lieux phares de la ville : l’Apartheid Museum.

Très grand, bien documenté, il retrace cette période sombre de l’histoire sud-africaine où la ségrégation était la règle. Selon le soin que l’on prend à lire les explications, la visite peut durer plusieurs heures. Beaucoup de témoignages émouvants, de photos marquantes. Si l’on s’intéresse à l’histoire du pays alors c’est un incontournable. Il prouve qu’une fois de plus la liberté et l’égalité n’ont vraiment aucun prix, si ce n’est celui des nombreuses vies sacrifiées à les gagner.

C’est ici que se termine le périple, où plus précisément à l’aéroport O.R Tambo (l’une des figures nationales de la lutte contre l’Apartheid) et que s’amorce le retour vers une France au beau milieu de l’hiver. Que retenir de ce pays ? Je dirais plutôt « que ne pas retenir de ce pays ? ». Eh bien j’ai tout aimé. On part avec une seule envie : y revenir, et il est certain que j’y reviendrai.

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s