Envoûtante Séville

Séville remporte tous les suffrages, gros coup de coeur. Elle m’a même donné une furieuse envie de déménager !

On déambule sans fin dans ses ruelles ombragées, ses parcs verdoyants et ses monuments fascinants. On va de couleur en couleur. Séville, plus qu’une Barcelone, est authentique.

Ici la chaleur ne s’exprime pas seulement en degrés mais aussi en sourires. Une Espagne dans l’Espagne, le pays du flamenco et du gazpacho, où l’on adore le soleil autant que l’on savoure la fraîcheur de l’ombre. Impossible d’être déçu par cette petite perle andalouse.

DSC_0224-32

DSC_0218-31

DSC_0034-6

DSC_0023-3

DSC_0241-40

DSC_0244-41

Los Reales Alcazares

L’Alcazar c’est un concentré de détails, la verdure et l’eau qui s’immiscent entre les murs. On y resterait bien quelques heures juste à laisser passer le temps. Les rois musulmans qui vivaient dans le sud de l’Espagne il y a des siècles ont laissé derrière eux des palais majestueux : l’Alcazar en fait partie. Loin d’être aussi grand que l’Alhambra de Grenade, il n’en est pas moins un incontournable et la visite n’est franchement pas décevante, bien au contraire. Un vrai havre de paix.

DSC_0051-8

DSC_0089-12


DSC_0116-15

DSC_0182-28


DSC_0160-22


DSC_0153-18

DSC_0157-21


DSC_0179-27

La Cathédrale et la Giralda

Plus grande cathédrale d’Espagne mais aussi l’une des plus grandes du monde, la cathédrale de Séville mérite le détour. Construite sur une ancienne mosquée, certains éléments furent réutilisés pour la construire comme son célèbre campanile : la Giralada, ex-minaret du haut duquel on domine toute la ville.

L’intérieur de la cathédrale est très chargé, un peu trop à mon goût. Beaucoup d’or, de marbre, de chapelles cachées derrière de grosses grilles (ce qui est un peu dommage). Mais la hauteur sous plafond en impose pas mal ! La cathédrale est tout de même vraiment imposante. On peut y voir le tombeau de Christophe Colomb, énorme : 4 personnages importants, des rois ou quelque chose comme ça, qui portent un cercueil, le tout sur un promontoire de pierre blanche. Du discret quoi.

DSC_0317-47

DSC_0316-46

DSC_0322-48

Se promener le long du Guadalquivir

En réalité c’est le canal Alphonse XIII qui traverse Séville, un « bras » du Guadalquivir qui a été dérouté un peu plus à l’ouest. D’un côté on peut voir une rue aux maisons colorées, la calle Betis, très sympa pour manger quelques tapas le soir. De l’autre côté, la promenade nous fait passer devant les arènes de la Maestranza, puisqu’ici les corridas sont incontournables. La visite des arènes est intéressante, que l’on aime ou pas la pratique. La promenade se poursuit jusqu’à la Torre del Oro, ancienne tour militaire reconvertie en un tout petit musée maritime. Jolie vue sur la cathédrale et la Giralda depuis son sommet.

D’ici, facile de continuer vers la sublime Plaza de España.

Calle Betis
Calle Betis

Maestranza

DSC_0283-44

DSC_0293-45

La Plaza de España et le parc de Maria Luisa

La Plaza de España a été construite pour l’exposition Ibero-américaine de 1929. Cette place en forme d’hémicycle parait tout droit sortie d’un film. Elle a d’ailleurs servi de décor à plusieurs d’entre eux – dont Star Wars épisode II (la planète Naboo). Elle respire le romantisme. Un petit canal sur lequel on peut faire de la barque trace un chemin vert parmi tout ce rose. Plusieurs ponts finement décorés permettent de le traverser. Une grande fontaine balance de grands jets au milieu de la place. Le pied de l’impressionnant palais qui la borde est orné de céramiques colorées représentant chacune des provinces espagnoles.

Le parc de Maria Luisa est juste en face. Grand, très fleuri avec plein de petits points d’eau, il est vraiment agréable de s’y promener.

DSC_0552-85

DSC_0555-86

DSC_0546-84

DSC_0594

Bien entendu on ne repartira pas de Séville sans avoir assisté à un incontournable spectacle de Flamenco. Direction la Casa de la Memoria dans le centre historique. Les spectacles changent tout le temps selon la troupe et la salle est plutôt petite. On est près de la scène (arriver un peu en avance pour ne pas se retrouver sur le côté de la salle) et on se retrouve comme hypnotisés par l’intensité qui se dégage à la fois de la musique, du chant et de la danse.

A ne pas louper non plus, le quartier de Santa Cruz dans le centre historique et dans lequel on ne demande qu’à se perdre. Plein de petites ruelles étroites, d’orangers qui bordent les trottoirs, de brumisateurs, d’églises et de murs colorés.

Que ramener ?

Du jambon ibérique, sans hésitation ! Ce fameux pata negra, son goût divin et son prix imbattable (mais dans le mauvais sens).

Un éventail : tout le monde en utilise et c’est franchement bien pratique (voire incontournable) par cette chaleur estivale.

Plein de boutiques un peu partout suffiront largement à trouver de jolis petits souvenirs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s