Les îles Gili

« Souvent les gens partent aux Gili pour 3 jours, mais 3 semaines après on les trouve toujours sur place » : voilà ce qu’un Australien expatrié habitant désormais à Bali nous disait des Gili avant notre départ pour ce tout petit chapelet d’îles. Une chose est sûre : que l’on visite Bali ou Lombok, une petite halte est de mise.

Les Gili se révèlent paradisiaques dès les premières minutes, mais c’est surtout de leur ambiance un peu roots que l’on a du mal à s’arracher en repartant. Coucher de soleil sur le Gunung Agung de Bali, barrières de corail, tortues marines, eaux cristallines, un petit côté hippie pour couronner le tout : on se sent vraiment bien aux Gili.

Il y a probablement plus de touristes que d’habitants sur ces îles, néanmoins ces derniers continuent de mener leur petite vie tranquille, exempte du moindre engin roulant à moteur, leur préférant les chevaux et les vélos. On se mêle vraiment aux locaux, on se sent finalement « à la maison », tout est simple, tout est tranquille et bourré de charme.

On ne sait même pas quel restaurant ou quel bar choisir tant ils sont tous plus jolis les uns que les autres. Et quoi de mieux que de manger un bon poisson grillé face à la mer ? Bref, les Gili sont définitivement un petit paradis terrestre, si tant est que l’on puisse se contenter de plage, de plongée et de boire un coup à droite à gauche.

On se rendra sur Gili Air et Gili Meno, on a décidé d’éviter Trawangan que l’on nous a déconseillé si on est en vacances en couple. C’est en effet l’île dédiée à la fiesta, une sorte d’Ibiza soft indonésien, plus de monde mais aussi malgré tout de très belles plages.

Gili Air

Gili Air est la plus familiale, romantique tout de même, avec plein de petits restaurants qui bordent la plage tout autour de l’île. Plus vivante et animée que Gili Meno, moins que Gili Trawangan, elle constituait pour nous le juste milieu entre ambiance et calme. On trouve facilement des petits bungalows bien entretenus un peu partout et pour pas très cher.

Gili Air

Gili Air

 

Gili Meno

La plus petite des Gili et aussi la plus calme, la moins habitée. Plus sauvage, c’est l’île préférée des couples mais il faut s’attendre à être très très tranquille. Aucun risque de se battre pour une place à la plage : c’est désert. On se sent presque seuls au monde. Ambiance très roots, tout en simplicité, des gens adorables, ultra serviables.

C’est de Gili Meno que l’on est parti faire une virée snorkeling. Pas moins de 5 ou 6 tortues au rendez-vous, on était particulièrement chanceux. Plein de coraux, de couleurs et de poissons, dans l’eau le temps passe super vite. Il est également possible de faire de la plongée aux requins dans le coin, ou d’essayer d’apercevoir un poisson lune. Un spot assez riche pour les fans de plongée, et super accessible. Pour ceux qui n’auraient pas pu voir de tortues dans l’eau, il y a un couvoir à bébés tortues à côté de la plage où elles grandissent tranquillement avant d’être relâchées dans la mer.

On fait vite le tour de Meno, pour nous une nuit suffisait. Et niveau plage l’île a quand même notre préférence.

Gili Meno

Gili Meno

 

Publicités

Un commentaire Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s