Costa Rica : de San José à la forêt de nuages

Le Costa Rica s’est d’emblée classé comme l’une de mes plus belles destinations à ce jour. Sa biodiversité unique et ses paysages à couper le souffle ne peuvent que ravir les amoureux de nature. Et lorsque l’on est pas immergé dans une forêt tropicale ce sont des plages frangées de palmiers et de forêt qui prennent majestueusement le relais.

Premier contact avec cet époustouflant pays, le centre du Costa Rica donne tout de suite le ton du voyage.

La capitale San José n’est en soi pas exceptionnelle et une journée à s’y promener suffit amplement si l’on ne souhaite pas s’attarder dans les musées de la ville. Elle est en revanche idéalement située pour démarrer un périple qui nous mènera au nord vers le volcan Poas et l’Arenal, les forêts de nuages de Monteverde et de Santa Elena, ainsi qu’au surréaliste Rio Celeste.

Le Poás

Pas facile de choisir parmi les volcans du Costa Rica… Le Chirripo offre une vue à la fois sur la mer des Caraïbes et sur l’Océan Pacifique, mais son ascension prend 3 jours. Entre l’Irazu et le Poás notre cœur a balancé mais ce sera finalement l’accessibilité du Poás et le côté pratique de l’itinéraire qui nous auront convaincus.

Il faut arriver tôt le matin pour ne pas se retrouver au milieu d’une foule de touristes mais surtout pour profiter de la vue avant que les nuages ne décident de s’installer au sommet du volcan pour y camper le reste de la journée.

Au sommet : un beau lac acide d’un bleu-turquoise-opaque-qui-ne-dit-rien-qui-vaille mais tout de même bien sympa à admirer.

DSC_0008-5

L’Arenal

Du Poas on poursuit vers l’Arenal, une belle route qui nous présente la verte et vallonnée campagne costaricaine et ses cascades inopinées. On se laisse guider par le volcan Arenal que l’on distingue au loin assez rapidement. Ce cône parfait est un vrai volcan de carte postale. Toutefois il s’est calmé depuis quelques années : fini les trainées de lave incandescentes que l’on pouvait admirer en pleine nuit. Dommage, c’est un spectacle qui doit clairement valoir le coup d’œil.

La petite ville de La Fortuna est en quelques sortes le camp de base des visiteurs de la région de l’Arenal. Assez touristique et sans grand charme elle est en revanche très pratique car proche de la magnifique cascade de la Fortuna, de points de départs de nombreuses randonnées et des sources chaudes naturelles.

DSC_0042-21DSC_0098-39DSC_0056-30

Le Tenorio et le Rio Celeste

Assez bizarrement, le Rio Celeste qui se trouve au sein du parc du volcan Tenorio parait plutôt confidentiel. On a eu beau demander à plusieurs locaux, difficile d’obtenir des indications fiables pour y accéder. Même internet ne fût pas d’une grande aide. Et pourtant lorsque l’on se retrouve face à cette rivière bleu turquoise qui serpente au milieu de la forêt humide, on se dit que l’expérience méritait bien de se donner un peu mal. On a fini par comprendre que l’entrée se faisait par la ville de Bijagua, à partir de laquelle il faut alors emprunter la pire route de notre séjour, parsemée de gros cailloux tout du long. Inenvisageable sans 4×4. A l’arrivée on ne peut payer qu’en cash, mieux vaut avoir prévu son coup pour ne pas repartir pour 30 minutes de « massage costaricain » jusqu’au distributeur le plus proche. Mais la balade vaut bien tout ce mal qui finalement ne fait que rajouter du charme à l’aventure.

Le parc est très agréable, bien qu’ombragé le chemin s’enfonce dans une atmosphère lourde et humide mais la cascade du Rio Celeste nous fait tout oublier.

DSC_0142-9

Monteverde et Santa Elena : la forêt de nuages

Incontournable du pays, la forêt de nuages de Monteverde donne cette impression d’entendre la nature respirer. Réputée pour sa population exceptionnelle d’oiseaux nous avons été un peu déçus puisque nous n’en avons vus quasiment aucun car super difficile à observer sans guide.

Ici la vie s’immisce sur chaque tronc, sous chaque feuille, dans chaque carré de lumière. Préparez-vous à vous engouffrer dans un monde tout de vert et de luxuriance. Vraiment impressionnant de voir une nature aussi dense. Must de l’expérience : les parcours dans la haute canopée à Santa Elena enchaînent les ponts suspendus et on se sent l’âme d’un petit Indiana Jones l’espace de quelques instants, la tête littéralement dans les nuages ! Définitivement ressourçant.

DSC_0274-144DSC_0461-230

La route se poursuit sur la côte pacifique et ses plages interminables.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s